Dans l’antre de la plus vieille mercerie Nantaise

au fil d or À l’occasion du salon « Pour l’Amour du Fil », qui ouvre ses portes du mercredi 22 au 25 avril au Parc des Expositions de la Beaujoire, la plus vieille mercerie de Nantes, Au fil d’Or, dévoile ses mille et un petits trésors qui servent à coudre, rapiécer, raccommoder, piquer, tricoter ou encore broder.

Depuis 1947, le numéro 7 de la rue Santeuil est une mercerie. Et cela n’est pas près de changer grâce au dynamisme de sa propriétaire Sophie Héraud. En 1999, lorsqu’elle a repris le commerce, Sophie n’était pas plus que cela portée sur la couture ou la broderie : « C’est une passion qui m’est venue petit à petit. Aujourd’hui, je ne la pratique pas mais je développe une foule d’idées pour mes clients », raconte Sophie qui souffle aussi parfois ses idées à ses fournisseurs.

Un regain d’intérêt pour la couture

au fil d orÀ 44 ans, la tenancière de la mercerie n’a jamais le temps de s’ennuyer : « c’est un commerce tellement diversifié, on y trouve de tout et c’est également un secteur en plein essor ». Depuis 4 ou 5 ans, Sophie constate en effet un regain d’activité pour la couture. Un public plus jeune et plus masculin franchit les portes de sa mercerie. « Parfois, des hommes me demandent du fil et des aiguilles. Ils prétendent que c’est pour leur épouse, mais je ne suis pas dupe, je sens bien que ce sont eux qui s’y mettent ». Le récent succès des émissions de télévision qui mettent en compétition des candidats couturiers y est pour quelque chose dans ce nouvel intérêt pour la couture. Sophie croise les doigts pour que cela ne soit pas qu’un phénomène de mode.

Les clients de la mercerie sont aussi des hommes

Internet et les réseaux sociaux relancent eux-aussi l’intérêt du public pour la couture. On peut y trouver des tutoriels pour apprendre à coudre ou bien des patrons pour faire ses propres habits. Mais Sophie reste sceptique : Internet ne remplacera pas les conseils du commerçant. « Je sais que beaucoup de mes fournisseurs ont vendu des machines à coudre à Noël. Le secteur change, la couture et le tricot reviennent à la mode et c’est aussi ce qui me plaît dans le métier. Je dois rester à la page pour guider ma clientèle », poursuit Sophie, interrompue par deux messieurs venus acheter des écussons pour cacher de manière heureuse les trous sur leurs pantalons usés.

Au fil d’or. 7, rue Santeuil. Tel : 02 40 69 83 66

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>