Librairies nantaises : des commerces fragiles

nuits blanche

Quel rêve que celui de devenir libraire ! Pourtant, le métier n’est pas des plus lucratif. Le libraire n’est pas simplement un dévoreur de livre, il est aussi un gestionnaire acharné.

Développement du livre numérique ou du e-commerce, TVA qui augmente : les menaces sont nombreuses à peser sur le commerce des librairies. Par rapport aux autres villes françaises, Nantes a de la chance : il existe beaucoup de libraires indépendants. Ces derniers se serrent les coudes pour faire face à la concurrence du marché.

Le web bouscule les habitudes des lecteurs

Selon Pierre qui travaille à la librairie Vent d’Ouest, « les librairies ont manqué le train du web qui leur est passé sous le nez à toute allure. Ensuite, ils s’y sont mis et aujourd’hui Vent d’Ouest réalise une petite partie de son chiffre d’affaire grâce au web« , décrit-il.

Le web bouscule néanmoins les habitudes des librairies. En effet, les dévoreurs de livre veulent posséder leur objet de prédilection très rapidement. Alors ils optent pour la commande en ligne, car ils sont sûrs de recevoir leur livre dans les quelques jours qui suivent. Ils ne veulent pas risquer un déplacement inutile dans une librairie, car parfois, il arrive que le livre ne soit pas présent dans les stocks. « C’est rarement le cas à Nantes car nous avons la chance d’avoir de nombreuses librairies. C’est en revanche le cas dans les plus petites villes de province« , poursuit le libraire.

« Le livre numérique, quant à lui, c’est un véritable serpent de mer! » note-t-il. L’habitude de lire sur des tablettes ou des liseuses n’est pas encore complètement rentrée dans les usages des Français qui aiment encore tourner les pages papiers de leurs auteurs. En revanche, le développement du livre numérique est vécu comme un péril pour les droits d’auteurs. « Je pense que nous ne sommes pas assez protégés contre le téléchargement pirate« .

Une grande librairie dans la rue des Hauts Pavés

Le commerce des librairies n’est pas encore enterré, loin de là. Rue des Hauts Pavés, une nouvelle librairie a vu le jour, elle s’appelle « Les Nuits Blanches » et ses gérants se nomment Delphine et Jean-Stéphane. «Nous avons reçu un excellent accueil de la part des habitants du quartier. Ils étaient heureux de voir apparaître un commerce vivant dans leur rue. La librairie n’est pas si grande et nous connaissons les habitudes de nos clients. Il devient facile de bien les aiguiller dans leur choix de littérature« , explique Jean-Stéphane. Fréquemment, la librairie lance des événements comme des conférences ou des journées du conte pour les petits. « Ces temps d’échange nous permettent de nouer des liens forts avec les habitants« .

 

atalanteA Nantes, les librairies sont faciles à trouver :

L’Atalante est une maison d’édition ainsi qu’une librairie. Elle est spécialisée dans le polar, le cinéma et la SF.

15, rue des Vieilles Douves. Tél. : 02 40 89 14 41

Durance est une très très vieille adresse nantaise du livre :

4, allée d’Orléans. Tél. : 02 40 48 68 79

La superbe librairie Coiffard est à consommer en deux tomes : deux boutiques se font face dans la même rue.

7-8, rue de la Fosse. Tél. : 02 40 48 16 19

Les Nuits Blanches n’ont plus lieu à Saint-Pétersbourg mais dans le quartier de la place Viarme.

4, rue des Hauts Pavés. Tél. : 02 51 83 28 90

Vent d’Ouest. Une librairie généraliste à ne pas manquer qui délivre d’excellents conseils pour les étudiants.

5, place du Bon Pasteur. Tél. : 02 40 48 64 81

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>