A vos baskets Nantais : c’est l’heure du CYD Boot Camp !

Les 3 coachs du CYD Boot Camp

Les 3 coachs du CYD Boot Camp

L’association CYD / Conquer Your Day est née dans les mollets enflammés des parisiens Romain Rainaud et Ludovic Chevallier. Amateurs d’expériences sportives de l’extrême telles que la mythique course « Iron Man« , les deux copains ont galvanisé une communauté de sportifs autour du Boot Camp. Aujourd’hui, la grande communauté parisienne arrive à Nantes, par l’intermédiaire de Baptiste Léger, l’ambassadeur du Boot Camp dans la Cité des Ducs. Depuis le bar « Le Coup du Lapin« , Baptiste entend guider de manière hebdomadaire, les sportifs Nantais de la communauté.

Les trois étapes du Boot Camp

Un bon Boot Camp commence par un footing d’une trentaine de minutes. Les runners courent à leur allure mais ils sont chaleureusement encouragés par les autres membres de la communauté à dépasser leurs limites. Les cris d’encouragement résonnent parmi le petit troupeau de sportifs qui s’élance le long des berges de la Loire et de l’Erdre. Le footing cède la place au gainage. « Quand on court seul, on oublie souvent de faire du renforcement musculaire suite à l’effort. Or, ces exercices sont très importants pour ne pas se blesser et pour progresser« , raconte Baptiste qui coache son petit monde. Enfin, la séance s’achève par une dizaine de minutes de stretching. « Voilà ! La séance a fini ! Elle a duré 1 h ! » souffle Baptiste.

La démocratisation du sport

Les gens de la communauté Conquer Your Day ont en commun un territoire de vie. Ils se reconnaissent et partagent des aventures sportives grâce aux réseaux sociaux. Pour certain, il s’agit d’une véritable alternative aux salles de sport. « On veut démocratiser le cours de sport grâce à la communauté. Les coachs sont des membres qui s’y connaissent » décrypte Romain.

Conquer Your Day milite pour le sport tout le temps et partout. « Nous proposons de découvrir le patrimoine à travers le sport. Le yoga peut se pratiquer dans un musée. Il suffit d’une salle et d’un tapis après tout? »

Conquer Your Day est à retrouver sur Facebook.

Zéro faute au code de la route grâce à Ornikar

Alexandre Chartier, co-fondateur d'Ornikar.

Alexandre Chartier, co-fondateur d’Ornikar.

La jeune startup Nantaise du permis de conduire en ligne s’est installée dans les locaux de la Cantine Numérique à Nantes, quartier des Olivettes. Depuis quelques jours, les premiers candidats entraînés et inscrits par Ornikar pour l’examen du code de la route découvrent leurs résultats : Ouf ! Ils sont reçus !

Alexandre Chartier, le co-fondateur de la startup du permis de conduire en ligne, a défendu son projet lors du festival Web2Day qui s’est déroulé à Stéréolux. « Ornikar est né de la frustration des candidats qui passent leur permis de conduire. En France, l’examen reçoit plus d’un million de personnes chaque année. Passer son permis coûte une blinde. Ça prend beaucoup de temps aussi. Il fallait que les choses évoluent et c’est pour cela qu’Ornikar a vu le jour« , explique Alexandre qui, d’un point de vue personnel, n’a pas trop souffert sur les bancs des autos-écoles. « J’ai eu le code du premier coup. Pour le permis, c’est un autre sujet… » glisse-t-il.

Le jeune entrepreneur ligérien crée sa startup en 2013 à Paris. Il quitte rapidement la capitale pour installer une partie de ses bureaux à Nantes. Ornikar doit d’abord se frotter au mécontentement des autos-écoles et essuyer des procès. « Selon moi, le système du permis de conduire en France ne marche plus. Il y a trop d’insatisfactions, non seulement de la part des candidats, mais aussi de la part des formateurs voire des autos-écoles qui payent des loyers très élevés et sont obligées de répercuter les coûts sur les candidats« .

Pour passer le code de la route, il faut savoir coller un timbre

La formule d’Ornikar propose de passer le code de la route pour moins de 50 €. C’est simple : on s’inscrit en ligne, on reçoit des séries d’entraînement et Ornikar s’occupe même d’obtenir la date auprès de la préfecture concernée. « Pour les candidats, il n’y a plus qu’à coller le timbre ! » rigole Alexandre.

La suite du projet arrive. Bientôt Ornikar disposera sur son site d’un service de mise en relation entre les formateurs et les candidats. Peut-être la fin de la galère du permis de conduire ?

Découvrir le permis de conduire en ligne sur le site d’Ornikar ou sur la page facebook.

Les sportifs sont mis au pied du mur chez Keep Cool

keep coolKeep Cool est le nom de la nouvelle salle de sport ouverte dans le quartier Madeleine. « Ici, c’est le sport sans la frime. Il n’y a pas de miroir, on vient se dépenser dans une ambiance détendue et conviviale », explique Maxime Biraud, gérant de la salle qui s’étend sur 400 m2. Les machines cardio, celles du renforcement musculaire ou les tapis de course font face à un magnifique mur en pierre qui rappelle l’histoire du bâtiment.

« Nous essayons de proposer des formules abordables qui conviennent à tous avec une grande amplitude horaire », poursuit Maxime. De 6 h à 23 h, les sportifs nantais, ou non sportifs, peuvent venir se faire du bien au club. Ils y sont encadrés par des coaches mais ils sont également indépendants grâce aux cours dispensés sur des vidéos qu’ils choisissent sur des écrans tactiles. Maxime, grand sportif devant l’éternel, est ravi et en pleine forme !

Keep Cool. 21, Chaussée de la Madeleine. Tel : 02 40 74 85 45. Site : keepcool.fr A retrouver sur Facebook.

De beaux luminaires à la Lustrotheque de Nantes : et la lumière fut !

Choix de luminaires à la Lustrothèque de Nantes

Choix de luminaires à la Lustrothèque de Nantes

Une lumineuse boutique atelier vient de voir le jour à Nantes. Aurélia Vivrel, une Nantaise originaire de Normandie, en est la fée. À 37 ans, Aurélia se tourne vers sa passion de toujours : la restauration et la création de luminaire. Quand elle n’est pas à la boutique, c’est qu’elle part chiner dans les salons ou les brocantes des luminaires design issus des années 1940 aux années 1980. Ces trouvailles apportent de la couleur et des formes originales à la boutique.

Surtout, Aurélia restaure des lustres anciens. « Dans un intérieur moderne, le lustre apporte un cachet inimitable. Mes clients ont souvent hérité de ces magnifiques luminaires de leurs parents ou de leurs grands-parents. La restauration est minutieuse mais lorsqu’elle est terminée, le lustre a devant lui de longues années de vie », explique-t-elle en manipulant des fils électriques et des ampoules décoratrices. « J’aime mon métier car il comprend deux aspects : la délicatesse de la restauration d’un objet ancien, et l’aspect brut de l’électrification ».

La Lustrothèque. 4 bis, rue de Colmar. Tel : 06 75 80 42 97.

Les poulets rôtis du bar-restaurant du Coup du lapin

coup du lapinDeux copains, Seb Ravache, barman, et Jo Delarue, cuisinier, viennent d’ouvrir leur bar-restaurant Le coup du lapin, dans le quartier Madeleine-Champ-de-Mars. Le nom est un petit clin d’oeil à l’ancien Cul-de-poule. Le midi, il n’y a qu’un seul et unique plat, cuisiné par les soins de Jo : le poulet rôti accompagné de ses frites et de sa sauce maison. « Le poulet rôti est et restera notre signature », affirment-ils en choeur.

Côté bar, Seb a de la bière belge plein le comptoir. « J’adore la bière. Pour ce qui est du vin, nous proposons en grande partie des vins locaux qui proviennent des vignerons d’à-côté ». « Le coup du lapin » se revendique comme un bar chaleureux et animé. « Tous les mois, nous proposons une nouvelle exposition, des concerts ou encore du théâtre d’improvisation », explique Seb.

Seb et Jo sont enchantés d’arriver dans ce quartier qu’ils connaissaient d’avant. « Nous n’aurions pas ouvert notre bar-restaurant ailleurs. Nous sommes fans du quartier », concluent-ils.

Le coup du lapin, 21, rue des Olivettes. Tél. 09 83 78 51 17. Sur Facebook.