Une marque de prêt-à-porter participative, c’est bien joli mais c’est quoi ?

Julie Laurent, une jeune nantaise créatrice de mode.

Julie Laurent, une jeune nantaise créatrice de mode.

A la base d’une marque textile participative, vous trouvez souvent une jeune femme dynamique et engagée dont les idées fusent plus vite que l’éclair. La Nantaise Julie Laurent a récemment lancé le site des ses collections dédiées aux femmes qui aiment la mode. Le site de Julie se veut participatif.

« Je souhaite proposer une alternative aux grandes enseignes de prêt à porter car je promeus des valeurs responsables autour du Made in France, de la qualité du tissu et du partage. Souvent les femmes ont des idées précises de ce qu’elles veulent mais elles ne trouvent pas leur bonheur dans les commerces. Sur le site, je leur propose de dessiner le modèle de leur rêve. Puis, c’est  à moi de jouer ! » explique la créatrice, ciseaux à la main.

Capture du site de Julie Laurent

Capture du site de Julie Laurent

Julie Laurent veut redonner du pouvoir aux porteurs de vêtements. Le concours d’idées est lancé et Julie ne retient que 5 modèles parmi ceux qui lui seront proposés. 5% du chiffre d’affaires réalisé par le vêtement seront alors reversés au co-designer, inspirateur de Julie.

Le site de Julie Laurent est à découvrir. Pour participer au concours, il faut cliquer ici.

Black Verveine : du prêt-à-porter Made in France

Aurélie Guilbaud est la créatrice de la marque Black Verveine

Aurélie Guilbaud est la créatrice de la marque Black Verveine

La petite Aurélie Guilbaud, âgée de 10 ans, noircissait des heures durant des feuilles de dessin où elle imaginait ses futures collections de vêtements. Aucun détail n’était omis, jusqu’aux titres des collections, soigneusement recopiés sur le papier. « Ma mère me cousait mes vêtements. Peut-être que ma passion pour le stylisme me vient d’elle » se souvient Aurélie, la créatrice de la marque « Black Verveine ».

Le Black, c’est pour la couleur. Aurélie en raffole. L’élégante frange brune qui lui encadre le visage en témoigne. La Verveine, c’est pour l’aspect éthique. « En avançant dans la vie, j’ai peu à peu éveillé ma conscience à l’écologie. J’ai commencé à faire attention à ce que je mangeais, puis, à ce que je portais. Le tissu de nos habits nous colle à la peau. C’est important pour moi qu’il soit de qualité », affirme-t-elle.

Les habits de Black Verveine s’adressent à de nombreuses femmes. « Entre 25 et 65 ans », précise Aurélie en souriant. Ils marient les matières et le graphisme. Le coton, la soie et le chanvre s’entremêlent. Aurélie importe ses matières de l’étranger : « En France, je n’ai pas réussi à me fournir en tissu biologique pour le moment, mais je ne désespère pas ! » Ensuite, elle active son réseau de couturières qui confectionnent les vêtements de sa marque, commercialisée sur internet. La collection de l’été prochain est déjà en cours !

Black Verveine. Tel : 06 22 97 91 14. Site : blackverveine.com. À Nantes, chez « Papaye & Citron », 10, rue des Carmélites.

De la Papaye au Citron : du prêt-à-porter fruité à Nantes

Emmanuelle le citron et Marie-Brune la Papaye

Emmanuelle le citron et Marie-Brune la Papaye

Emmanuelle est le citron. Marie-Brune est la papaye. Pour trouver le nom de leur boutique, les deux jeunes femmes n’ont pas eu trop besoin de se creuser la tête : « C’est fruité, c’est frais, c’est coloré et c’est nous ! » s’exclament-elles. Emmanuelle Bureau vient du monde du design et de l’architecture d’intérieur. Sa copine, Marie-Brune Lafargue est sortie des ateliers de stylisme et de modélisme. « Nous avons une prédilection pour la mode », assurent-elles.

Rue de Strasbourg, entre les cafés et le Cinématographe, elles ont ouvert leur boutique de prêt-à-porter : « Papaye & Citron ». Parmi les rangées de portants en cuivre sous lesquels sont suspendus les vêtements, on y trouve les jolis bijoux en bois de la créatrice Ïu ou les lampes design des artistes Nantais.

Le choix des créateurs est rigoureux. « Nous faisons nos sélections ensemble et ça peut parfois prendre du temps ! Nous aimons les créateurs qui privilégient la fabrication artisanale et nous veillons à renouveler nos pièces souvent », raconte Marie-Brune.

« La femme Nantaise qui s’habille chez Papaye et Citron est une jeune active qui aime la mode et le design. Pour les plus petits budgets, nous réservons un espace de dépôt-vente. Nous y trions de beaux vêtements, chic et classe, dans l’air du temps », explique Emmanuelle, le « Citron ». Marie-Brune, la « Papaye », l’interrompt : « Pour le mois de septembre, nous allons faire de la place aux Messieurs. Le créateur Bob Carpenter arrive chez nous avec ses chemises sobres toujours relevées d’un petit détail original ».

Papaye & Citron. 10, rue des Carmélites. Tel : 09 83 27 29 46. À retrouver sur Facebook.

Vive les rayures Saint James à Nantes !

Saint JamesLe premier parle avec un accent toulousain chantant, le second est un Breton du Finistère. Les deux se sont retrouvés à Nantes et y travaillent depuis quelques années. Luc et Patrice se sont rejoints pour ouvrir leur magasin de prêt-à-porter dans le centre-ville. « Nous savions que la marque Saint James n’avait pas de boutique à Nantes. La clientèle est bien vite venue nous voir pour nous remercier d’avoir apporter la célèbre marque du pull marin dans leur ville« , se souvient Luc.

Rue de la Barillerie, la boutique Saint James se remarque de loin grâce à ses rayures emblématiques. « Quelle chance de se trouver dans un quartier commerçant et prestigieux de la ville de Nantes« , s’exclame Patrice, très fier des produits qu’il propose. Parmi les rayures, celles du célèbre pull marin se distinguent : c’est lui la star de la boutique.

Saint James est une maison qui a plus de cent ans. La marque a installé ses usines en Normandie, dans la commune de … Saint James ! Les débuts de l’entreprise étaient tournés vers le monde maritime car Saint James confectionnait des vêtements pour les marins. Aujourd’hui, les gens de mer ne sont plus les seuls clients. « Les collections sont contemporaines. Saint James a fait fureur au Japon en proposant des rayures fluo. La marque se rajeunit grâce à ses robes légères ou ses chemises liberty« , conclut Luc.

Saint James boutique 17, rue de la Barillerie. Tel. 09 81 81 42 54 e-mail : contact@saintjamesnantes.fr

Le bel univers rétro des Niguedouille Julie et Gaël

niguedouilleJulie Maura et Gaël Macaire Bassez sont deux copines qui ont mélangé leurs univers de créatrice pour donner naissance à L’atelier Niguedouille, sur l’Île de Nantes. « Niguedouille, parce que ça veut dire nigaud en breton et que ma maman m’appelait comme ça », explique Julie.

Dans la boutique, le beau mobilier des années 50 ou 60 resplendit, restauré par les soins de Julie. Là des petites chaises ou des luminaires qui rappellent l’école, ici de belles enfilades ou encore des bureaux vintage remis à neuf. Julie a la passion des brocantes et de la chine. « J’aime les objets qui ont une histoire et je voulais leur donner une seconde vie », poursuit Julie.

Le monde de l’enfance côtoie le mobilier. Gaël est créatrice textile. Elle confectionne, dans de beaux tissus, des serviettes, des plaids, des coussins ou des stroller bag pour les poussettes. « Je choisis scrupuleusement mes tissus, coton ou kapok pour mes créations », explique-t-elle.

Julie et Gaëlle se sont rencontrées sur un salon et ne se quittent plus depuis. Elles sont heureuses de débarquer sur l’île de Nantes, un quartier qu’elles affectionnent et où elles ont été reçues à bras ouverts.

L’atelier Niguedouille, 15, rue Pierre-Landais (ouvert les mardis et jeudis, sur rendez-vous les autres jours). Tél. 06 83 14 28 87 ou 06 33 25 76 76. latelierdeniguedouille.com