Le passé Nantais a rendez-vous chez les antiquaires

GuillemotLe métier d’antiquaire est un métier qui se perd à Nantes. Les habitudes de vie des Nantais changent et les meubles anciens ne sont plus au goût du jour. Néanmoins, les magasins d’antiquités à Nantes peuvent regorger de surprises et de trésors.

L’hôtel des ventes de Nantes se situe depuis toujours rue D’Erlon, dans le quartier de l’ancien Palais de Justice. C’est pour cela que l’on croise dans les rues voisines de nombreuses boutiques d’antiquités : rue Jean Jaurès ou encore rue Mercoeur… Depuis plus de 30 ans, Madame Guillemot vend des antiquités dans sa boutique de la rue Mercoeur. Sa « Galerie Bretagne » est peuplée de miroirs, de commodes du Siècle des Lumières ou de cadres dorés. A l’entrée, de somptueuses lampes dont les abat-jour ont des motifs fleuris, rappellent le passé nantais et la mode des indiennes.

A Nantes, un passé commercial que l’on retrouve chez les antiquaires.

« La Cité des Ducs de Bretagne est une ville réputée pour son mobilier de grande qualité. Le meuble le plus connu de tous est « la commode nantaise ». Dans son bois d’acajou ramené par bateau des îles des Antilles, elle a connu un succès fou auprès des Nantais », se souvient Mme Guillemot. A deux pas de sa boutique, Jean-Luc Poidras, est aussi antiquaire. Il confirme les propos de sa voisine quant à la qualité des meubles de la région : « Entre l’Anjou et le Val de Loire, Nantes est un lieu de confluence pour ces régions qui ont développé un savoir-faire millénaire. Par exemple, le Maine-et-Loire est hautement réputé pour la qualité de ses ébénistes. Ces richesses sont liés avec la proximité des châteaux de la Loire « .  Jean-Luc Poidras, comme tout bon antiquaire, est un grand passionné d’histoire.

La société évolue et le vieux meuble disparaît

De nos jours, les antiquaires nantais ont moins le vent en poupe. Cela est certainement lié au fait que la société change et que les goûts évoluent. La taille des appartements diminue et les locataires déménagent régulièrement. Autrefois, on résidait pendant de longues années dans le même domicile et il était alors plus facile d’acquérir des meubles de qualité. La fréquence actuelle des déménagement forcent les Nantais à accorder moins d’importance à leur mobilier.

Pourtant, ils demeurent quelques amateurs de meubles anciens. « Mes clients sont souvent des gens qui souhaitent renouer avec les meubles de leur enfance. Ils jettent leur dévolu sur une commode Louis-Philippe car elle leur évoque une vieille ambiance de famille » conclut Jean-Luc Poidras.

JLPoidrasLes adresses nantaises des antiquaires

Madame Guillemot transmet sa passion pour le mobilier ancien à la « Galerie Bretagne ».19, rue Mercoeur. Tél. 02 40 48 62 70

Dans la rue Jean Jaurès, de nombreuses boutiques d’antiquité jalonnent la rue.