Quand la carte Magic fusionne avec le jeu vidéo : Game Cash

game cashNon loin de la place Royale, la grande boutique Game Cash est la rencontre entre la passion de Pierre Manuel pour les Carte Magic et la passion de Nicolas Davin pour les jeux vidéos. « Pour les Nantais, Game Cash est un commerce novateur : au premier étage, les étagères sont pleines de jeux vidéos. Ils sont récents pour la plupart mais les nostalgiques tomberont sûrement sur les valeurs sûres des premiers jeux vidéos : les Marios ou autre Donkey Kong. Si vous grimpez un étage, vous tomberez sur une vaste salle où l’on joue aux cartes. L’espace peut accueillir plus d’une cinquantaine de joueurs. C’est un lieu parfait pour les tournois« . Pierre et Nicolas se réjouissent de faire vivre le jeux vidéos et les cartes Magic à Nantes.

Selon Nicolas, certains jeux peuvent valoir une véritable fortune. Il convient de ne pas s’en débarrasser à la légère : « Pour le jeu vidéo, les années 90 et les années 80 sont un âge d’or. Certains sont introuvables et c’est pour cela qu’ils coûtent un peu cher« . Pour le retrogaming et ses amateurs, Game Cash est un petit paradis !

Il n’y a pas que le jeu vidéo dans la vie et Pierre milite pour faire connaître les cartes Magic. Il organise des duels à l’étage : « Ce sont des parties de cartes extraordinaires où l’on pénètre dans des univers de bataille. Ces cartes réunissent toutes les catégories sociales et toutes les générations« .

Game Cash, 5, rue de l’Arche-Sèche. Tél. 02 52 10 05 61. À retrouver sur Facebook.

Le bel univers rétro des Niguedouille Julie et Gaël

niguedouilleJulie Maura et Gaël Macaire Bassez sont deux copines qui ont mélangé leurs univers de créatrice pour donner naissance à L’atelier Niguedouille, sur l’Île de Nantes. « Niguedouille, parce que ça veut dire nigaud en breton et que ma maman m’appelait comme ça », explique Julie.

Dans la boutique, le beau mobilier des années 50 ou 60 resplendit, restauré par les soins de Julie. Là des petites chaises ou des luminaires qui rappellent l’école, ici de belles enfilades ou encore des bureaux vintage remis à neuf. Julie a la passion des brocantes et de la chine. « J’aime les objets qui ont une histoire et je voulais leur donner une seconde vie », poursuit Julie.

Le monde de l’enfance côtoie le mobilier. Gaël est créatrice textile. Elle confectionne, dans de beaux tissus, des serviettes, des plaids, des coussins ou des stroller bag pour les poussettes. « Je choisis scrupuleusement mes tissus, coton ou kapok pour mes créations », explique-t-elle.

Julie et Gaëlle se sont rencontrées sur un salon et ne se quittent plus depuis. Elles sont heureuses de débarquer sur l’île de Nantes, un quartier qu’elles affectionnent et où elles ont été reçues à bras ouverts.

L’atelier Niguedouille, 15, rue Pierre-Landais (ouvert les mardis et jeudis, sur rendez-vous les autres jours). Tél. 06 83 14 28 87 ou 06 33 25 76 76. latelierdeniguedouille.com

Un coeur de bambou pour les enfants chéris

Coeur de BambouFrançois Degrave et Guillaume Joly sont retombés dans l’univers de la petite enfance. Ils ont ouvert leur boutique de prêt-à-porter et de doudous, dans le centre-ville de Nantes. « On voit les clients s’extasier devant des chaussettes pour les nourrissons ou face aux petites marinières. C’est sympa de travailler dans le monde de l’enfance. Nous sommes tous les deux papas, et nos épouses se sont également investies dans la création du magasin », décrypte François.

François et Guillaume se connaissent depuis les bancs du collège. Ils sont heureux d’arriver à Nantes, où ils se sont sentis bien accueillis. « Coeur de Bambou s’adresse aux enfants jusqu’à 6 ans, ainsi qu’aux femmes enceintes. Les cotons organiques des vêtements sont issus d’agriculture biologique. La peau est mieux protégée, c’est sain et sécurisant. »

Coeur de bambou, 5, rue des Trois-Croissants, tél. 02 40 48 11 15. À retrouver sur Facebook.

Bientôt, un cabinet de curiosité rue du Maréchal-Joffre

bientotEn franchissant la porte de l’antre de Céline Benchard, on croit pénétrer dans la caverne d’Ali Baba. « Je dirais plutôt un cabinet de curiosité », précise la commerçante. Les murs sont colorés par les objets déco qui y sont accrochés, beaucoup de cartes postales délirantes et, au plafond, une foule de petits poissons sont suspendus.

« J’ai une prédilection pour les objets décalés, culturels et un peu rock’n'roll. La sélection de livres et de bandes dessinées est totalement subjective et je le revendique », explique Céline Benchard, qui a repris la boutique au début de l’année 2013.

Elle compte bien apporter une touche de féminité : « Je développe les bijoux, les sacs et les livres de recettes de cuisine. Le prochain à venir ? Comment réussir ses recettes de junk food ! »

Bientôt, 77, rue du Maréchal-Joffre, tél. 09 51 26 23 82, www.toutbientot.fr. À retrouver sur Facebook.

Little Miss W : « Entre le doudou et la poupée »

little miss WVirginie Dionnet est confortablement installée dans son petit atelier au Karting, un espace aménagé par la Samoa sur l’Île de Nantes. Virginie y confectionne ses poupées de type waldorf qu’elle commercialise sous le nom de « Little Miss W ». Elles sont en matière naturelle et écologique, car Virginie accorde beaucoup de soin aux tissus qu’elle sélectionne. Leurs visages sont doux et inexpressifs pour permettre à l’enfant de tout imaginer. « Elles sont un peu entre le doudou et la poupée », explique Virginie.

Lors de la semaine de la création, les poupées de Little Miss W étaient exposées à la boutique Éphémère du Cluster, le quartier de la Création sur l’Île de Nantes. « Sur un stand, il y avait quelques-unes de mes poupées. Il n’y a pas eu de vente mais les gens se sont montrés intéressés. Ils ont posé des questions ou bien ont pris des flyers », raconte Virginie.

Les poupées de Little Miss W sont le plus souvent vendues sur internet, à l’étranger ou lors de salons parisiens. Elles se présentent toute faite ou bien en kit pour les confectionner soi-même.

Pour Virginie Dionnet, les Ateliers de la création ont été une occasion pour s’implanter dans le tissu local. « Je souhaite poursuivre ma participation à ce genre d’événements créatifs. Je m’y fais connaître ! »

À l’origine styliste et modéliste, Virginie organise également des ateliers pour apprendre à fabriquer les poupées.

« Les ateliers durent une dizaine d’heures, car la confection d’une poupée waldorf exige du temps. C’est toujours un bon moment de convivialité », conclut Virginie Dionnet.

Little Miss W, création de poupées écologiques. Boutique en ligne : www.littlemissw.com