Dépôt-vente chez une môme vintage et moderne

mome vintageRue des Carmélites, à l’entrée de la cour qui mène au Café-théâtre, se tient la jolie boutique de dépôt-vente de Sophie Picardat. Dans un univers industriel, de pierre et de bois, au-dessus de l’ancien sol du couvent des Carmélites, Sophie étale ses trésors de vêtements, de bijoux et même de vinyles.

« On a tous des vêtements qui dorment dans nos placards. À la Môme vintage, je souhaite leur donner une seconde vie », décrypte Sophie, en se baladant le long de ses portants de robes, de vestes ou de pantalons… Il y en a même pour les messieurs ! À ses pieds, des dizaines de paires de chaussures sont rangées, sagement.

« Je voulais apporter une image dynamique au concept de dépôt-vente. Il y en a pour tous les budgets et de toutes les marques », précise Sophie qui, lorsqu’elle habitait à Paris, ne jurait que par les petites boutiques de fringues de seconde main. « Je suis venue à Nantes, car la ville me plaisait. Je suis chanceuse d’être arrivée dans cette cour patrimoniale. Il y a du passage et les gens sont curieux lorsqu’ils longent le grand canapé qui annonce ma boutique », conclut-elle.

La Môme vintage, 4, rue des Carmélites. Tél. 06 14 55 45 79. A retrouver sur Facebook.

Soldes : les commerçants dans les starting-blocks

colfaxLe commerce nantais. Mercredi 26 juin, les soldes d’été débarquent dans les boutiques nantaises. Après un printemps morose, les commerçants attendent les soldes avec impatience pour se rattraper.

D’habitude, les soldes sont un temps fort pour les commerçants de Nantes comme partout ailleurs. Cette année, le printemps n’a pas incité les client (e) s à l’achat. Un certain scepticisme règne quant au succès des soldes d’été. Marina Mortier et Géraldine Fortin, deux des vendeuses de la boutique de prêt-à-porter Colfax dans le quartier Decré, préparent, étiqueteuses en main, leurs articles.

« À cause du temps épouvantable qu’il a fait au printemps, la fréquentation du magasin est à la baisse et nous avons dû faire régulièrement des promotions », explique Géraldine. Effectivement, les commerces nantais ont souvent ressorti leurs fins de série de l’hiver en les bradant. « On sent également que la crise a fait du mal au pouvoir d’achat des clients. On est dans l’obligation de casser les prix pour se rattraper », rajoute Marina.

Petits prix pour compenser une période morose

Le magasin Colfax se dit prêt à casser les prix pour les soldes. Une équipe de trois stagiaires et d’une personne en contrat de qualification est sur le pont. Elle va étiqueter les articles et aider à la vente. Lundi, l’équipe du magasin va s’activer à étiqueter les nouveaux prix sur les articles. « Les bons plans vont se trouver au rayon chaussure et au rayon femme », annonce Géraldine, qui s’apprête à vivre une semaine active : « Le premier mercredi ainsi que le premier samedi des soldes, on arrive plus tôt au magasin. On repart plus tard également car les clients arrivent nombreux. »

Les réductions vont être de 20 % au début. « Mais chez nous, il faut passer régulièrement car on baisse les prix au fur et à mesure. Les très bons plans vont avoir lieu à la fin des soldes. On brade tout ! », s’exclame Marina en vérifiant son stock d’étiquettes à 10 €.

Colfax, 26, rue de la Marne. Tél. 02 40 47 31 41.

zaneoImpossible de solder pour certains commerces

« Zaneo la Maison du Japon » est une boutique dédiée à la décoration et à l’art de vivre japonais. Gilles Durand est en train de célébrer les trois années d’existence de la boutique qu’il a ouverte, après son retour du pays du soleil levant.

« Pour les trois ans, nous avons décidé de faire une promotion sur certains de nos articles. » Les théières en fonte, les kimonos ou les objets décoratifs sont à moins 15 %. L’opération de promotion dure jusqu’au mardi 26 juin. Une occasion pour découvrir le thé de Yuki Masohishi que Gilles vend en exclusivité dans sa boutique. « C’est un thé japonais biologique de l’île d’Okinawa. Il est plein de vertus et de saveurs ! »

Mais au regard des petites marges qu’il réalise à la vente de ses articles, Gilles ne peut pas se plier à la règle des soldes. « Nos produits viennent du Japon, ils sont onéreux. Par ailleurs, il faut les acheminer et les taxes coûtent chères. »

Zaneo, la maison du Japon, 20, rue des Carmes. Tél. 02 51 82 44 36.

soir d avrilAvant les soldes, le client est un animal curieux

Du fond de sa jolie boutique, « Un soir d’Avril », Tiphaine observe ses clientes tourner autour de ses bijoux, de ses accessoires et de ses sacs. Leur ronde amuse Tiphaine : « Les clientes passent du temps à regarder, évaluent les prix, puis viennent enfin vers moi pour me demander à combien l’article sera soldé. » Elles sont en repérage !

Tiphaine admet, elle aussi, que la saison printanière a été morose, mais elle se dit confiante pour les soldes. « En général, les clients vont surtout se ruer sur les vêtements. Ils viendront ensuite regarder du côté des accessoires. Ça ne va donc pas être le rush tout de suite mais les choses vont suivre leur petit bonhomme de chemin. » Il y aura de jolies occasions à faire au magasin, mais tout ne sera pas soldé car Tiphaine travaille avec des créatrices, qui parfois, ne soldent pas leurs articles. « Certaines seront déçues ! »

Un soir d’Avril, 20, rue des Carmes. Tél. 02 53 45 81 19.

Des idées cadeaux à piocher pour la fête des Pères

opticienUne solaire rétro chez l’Opticien Nantes

Le commerce nantais. Le dimanche 16 juin a lieu la fête des Pères. Les commerçants nantais s’y préparent et regorgent d’idées pour faire plaisir aux papas. Du vin, un accessoire ou un vêtement, voici quelques idées.

Philippe Perdriau, l’opticien de la rue de la Paix, n’aura pas de cadeau pour la fête des Pères. Et pour cause ! Sa petite Joséphine, déjà bien équipée en lunette de soleil, n’a que 4 mois. « J’attendrai ! » se résigne-t-il. « On vend pas mal de solaires pour la fête des Pères et je remarque que les papas sont souvent plus gâtés que les mamans. Une solaire est un objet qui dure. » Montures en plastique flashy, à écaille ou à verres dégradés : pour les lunettes de soleil, la mode est au rétro cette année. Elles permettront aux papas de renouer avec leur jeunesse. Philippe aurait tendance à conseiller un modèle Persol. « Souvent portée par Steve McQueen, cette paire de lunettes est originale au niveau du nez : on dirait une serrure. Avec le ressort à l’ancienne fait main, la branche flexible est confortable. »

L’opticien Nantes, 13, rue de la Paix. Tél. 02 40 75 90 40.

jimPourquoi pas un tacot chez… Jim ?

Papa sportif ou pantouflard, papa élégant ou décontracté, papa gadget et sophistiqué, la boutique Jim, rue du Château, a réponse à tout. « La boutique marche bien au moment de la fête des Pères. » Dominique, âme du lieu, voit débarquer depuis seize ans les enfants, souvent accompagnés de leurs mamans qui les aident à faire plaisir à leur papa.

Avec des porte-clés rigolos ou des tasses design, la boutique peut plaire aux petits budgets. Pour les plus gros, il y a des montres ou de la belle maroquinerie.

Cette année, Dominique a deux coups de coeur : un transistor tout en bois très design ou bien un tacot. « C’est un petit étui en cuir. On ne voit pas les coutures. Il est tout petit dans la poche et il sert à glisser quelques pièces de monnaie », explique-t-il.

…Jim, accessoires masculins, 21, rue du Château. Tél. 02 40 12 01 87.

comédie vinUne bonne bouteille à la Comédie des vins

Le moment de la fête des Pères est toujours important à la Comédie des vins, un bar à vin qui est aussi une cave, non loin de la place Graslin. Une bonne bouteille est immanquablement une excellente idée cadeau qui fera toujours plaisir aux papas épicuriens. Et, il y en a pour tous les porte-monnaie. La Comédie des vins propose une cave 100 % française avec pas moins de 400 références.

Cécile et Émeric, qui sont associés, animent le lieu depuis 2008. « Ici, la star, c’est le vin ! Le reste c’est de l’agrément », annonce Cécile. Pour les papas, la sommelière aurait tendance à suggérer du rouge, qu’elle offrira peut-être au sien, lui-même un fin connaisseur. « J’ai un excellent pinot noir, il est gourmand, sans soufre. Un millésime 2009 qui est idéal pour les jolis moments ». À ta santé papa !

La Comédie des Vins, 4, rue Suffren. Tél. 02 40 73 11 68.

stationDes espadrilles ou un polo à la Station

Dans le haut de la rue Crébillon, se trouve une chouette boutique de prêt-à-porter pour les hommes. Une niche à idées pour les papas. Des murs jusqu’au vieux téléphone, la Station se distingue par ses couleurs orange, choisies par le gérant, Julien. « J’adore le orange ! C’est tonique », annonce-t-il en montrant le beau vélo orange qu’il vient de s’offrir.

La Station raffole des polos de toutes les couleurs de la marque Fred Perry. « C’est ce que je choisirais pour un papa. Le polo a un côté rétro qui plaît. Il annonce également les grandes vacances », conseille Julien. Les plus petits budgets peuvent se rabattre sur une paire d’espadrilles de la marque Cala. « Elles sont fabriquées en France, à Moléon dans le Pays basque. Il n’y a pas moins de quatorze couleurs ou de motifs différents. »

La Station, 21, rue Crébillon. Tél. 02 40 69 64 25.

Le vintage au goût du jour : Be Pop et Loula

be pop et loulaMorgane de Cambourg crée des bijoux. Alicia Lejeune est fan de vêtements. Les deux sont amies et ont mélangé leur talent ainsi que leur goût très sûr pour la mode. Le résultat donne une délicieuse boutique rue de Strasbourg : Be Pop et Loula.

Il faut y flâner, prendre le temps de s’imprégner des couleurs, toucher les textiles et ne pas hésiter à passer une robe. « Des vêtements aux lignes parfaites, des motifs et des couleurs incroyables ont fait le bonheur des femmes dans les années 60. Je chine et déniche des merveilles », explique Alicia en exhibant une combinaison pantalon bleu marine.

Pour l’accessoire, il faudra se tourner du côté de Morgane et de ses bijoux qui peuvent être raffinés, simples, fantaisistes ou bien nantais comme cette bague où l’on aperçoit dans le fond une panthère qui fait une sieste sur la grue jaune.

Be Pop & Loula, 17, rue de Starsbourg. Site : www.bepopetloula.com