The Place To Bio : donnons un coup de pouce aux restaurateurs engagés

L'application "The Place to Bio" permet de trouver les restaurants bios à côté de chez soi

L’application « The Place to Bio » permet de trouver les restaurants bio autour de soi : c’est le projet d’Eric Lecluyse

Marre de la malbouffe et des pesticides dans les produits alimentaires ? Ce ras-le bol, de nombreux restaurateurs l’ont eu. Comment valoriser leur initiative et où les trouver ? L’application « The Place to Bio« , en cours de financement participatif, se propose de vous mettre sur la piste…

Quel est l’objectif de l’appli « The Place to Bio » ?

« Les gérants des restaurants qui proposent des plats issus de l’agriculture biologique se battent au quotidien. Ils défendent des produits locaux et la cuisine maison. The Place to Bio développe une application pour les aider à se faire connaître du public« , décrypte Eric Lecluyse, journaliste et consommateur engagé. Cet avocat du commerce biologique est convaincu : qu’ils soient engagés politiquement, épicuriens, ou bien les deux, les entrepreneurs qui ont fait le choix du bio doivent être soutenus.

Grâce à l’application « The Place to Bio« , les convaincus du bio (ou ceux qui veulent en savoir davantage…) trouveront, d’un simple clic, tous les commerces qui proposent des produits biologiques autour de chez eux.

« The Place to Bio », le guide des restaurants bio et engagés

Le site internet The Place to Bio, grand frère de l’application, est un guide pratique pour les amateurs du bio. En France, il recense déjà plus de 250 adresses. Parmi cette liste, 18 adresses sont nantaises ! Citons par exemple : Le Café de l’Orangerie, Pickles, le Bistrot de l’Île ou encore Les Enfants Terribles. « Le site est en marche et les visiteurs sont nombreux. L’application sera accompagnée d’un guide papier. Elle permettra de dénicher le resto bio le plus proche de soi ainsi que de réunir des commentaires et des photos« , poursuit Eric.

Encore quelques jours pour la campagne de financement participatif !

Pour soutenir le projet de l’application « The Place to Bio« , rendez-vous sur le site : Kiss Kiss Bank Bank.

Les contreparties promettent de bons repas chez les restaurateurs bio ! Pour la fête des mères, ils offrent des cadeaux sympas. Connaissez-vous les shampooings biologiques ? A découvrir !

A Nantes, les canards, les foies gras et l’épicerie du Périgord débarquent

Solène et sa maman font connaître aux Nantais le Périgord et sa cuisine

Solène et sa maman font connaître aux Nantais le Périgord et sa cuisine

L’histoire de la boutique « La Maison Eric Requier » prend racine dans le très petit village de Marsaneix, dans le Périgord. C’est dans cette petite commune qu’Eric Requier produit sa volaille, ses canards, ses pâtés et ses foies gras. C’est toujours dans cette petite commune que la Nantaise Solène Burgos a rencontré Eric. « Je suis tombée amoureuse de ses produits et j’en ramenais des quantités dans ma voiture lorsque je remontais à Nantes. Je régalais ma famille et mes proches », se souvient Solène qui est revenue s’installer à Nantes. « Je regrette le Périgord mais j’ai retrouvé Nantes avec plaisir ».

Aujourd’hui, Solène régale toujours ses proches mais aussi tous les Nantais. Elle a ouvert une boutique dédiée à la volaille d’Eric. « Je savais qu’il fallait que je sois rue Copernic, à Nantes, c’est le quartier des gourmets et de ceux qui prennent soin de leur table ». Sur les étagères, trônent les conserves de plats cuisinés : du coq au vin, de la poule au pot, du cassoulet, de l’anchaud périgourdin. Bref, de quoi ne pas se moquer de ses amis en les invitant à dîner.

L’incontournable foie gras est entouré de pâté, de rillettes, de produits frais ainsi qu’un peu d’épicerie fine. « Eric produit une figue séchée qui accompagne le foie gras comme une cerise accompagnerait un gâteau », conclut Solène.

Maison Eric Requier. 3, rue Copernic. Tel : 02 51 82 40 01. Site : foie-gras-requier.com

Les poulets rôtis du bar-restaurant du Coup du lapin

coup du lapinDeux copains, Seb Ravache, barman, et Jo Delarue, cuisinier, viennent d’ouvrir leur bar-restaurant Le coup du lapin, dans le quartier Madeleine-Champ-de-Mars. Le nom est un petit clin d’oeil à l’ancien Cul-de-poule. Le midi, il n’y a qu’un seul et unique plat, cuisiné par les soins de Jo : le poulet rôti accompagné de ses frites et de sa sauce maison. « Le poulet rôti est et restera notre signature », affirment-ils en choeur.

Côté bar, Seb a de la bière belge plein le comptoir. « J’adore la bière. Pour ce qui est du vin, nous proposons en grande partie des vins locaux qui proviennent des vignerons d’à-côté ». « Le coup du lapin » se revendique comme un bar chaleureux et animé. « Tous les mois, nous proposons une nouvelle exposition, des concerts ou encore du théâtre d’improvisation », explique Seb.

Seb et Jo sont enchantés d’arriver dans ce quartier qu’ils connaissaient d’avant. « Nous n’aurions pas ouvert notre bar-restaurant ailleurs. Nous sommes fans du quartier », concluent-ils.

Le coup du lapin, 21, rue des Olivettes. Tél. 09 83 78 51 17. Sur Facebook.

Deux copines sont les Mam’zelle Breizh de la crêpe !

Mam'zelle breizhElles sont fraîches les galettes groisillonnes ! Et elles viennent de s’amarrer à Nantes, rue du Chapeau-Rouge, dans le centre-ville. Sandrine Gallo est au service, Étiennette Le Dref est à la crêpe. Les deux sont copines et viennent d’une crêperie de l’île de Groix.

« Quand on a vu cette petite terrasse au calme de la rue du Chapeau-Rouge, on a eu le coup de coeur ! » s’exclame Sandrine. « Les Groisillons de Nantes ont été nos premiers clients », poursuit-elle.

À la carte, Étiennette et Sandrine ne proposent que du frais. « Pas de congélo ici », refuse Étiennette, qui concocte des galettes classiques à la pâte fine et croustillante avec une farine du Morbihan. Racine oblige, le cidre est artisanal et vient lui aussi du Morbihan. L’originalité de Mam’zelle Breizh vient des « Breizh tapas » d’Étiennette, à consommer en apéritif.

Mam’Zelle Breizh, 4, rue du Chapeau-Rouge. Tél. 02 72 65 94 02.